Rappelons-nous cette frustration : au soir de l’élection municipale, ne pas pouvoir se retrouver tous ensemble, et ces sentiments ambivalents :  la tristesse d’avoir largement perdu et la satisfaction d’être en tête des listes d’opposition – ce qui n’avait rien d’évident au départ de la campagne. D’emblée étaient esquissés le long chemin qu’il nous faudrait encore parcourir pour faire valoir nos idées, mais aussi l’espoir qu’il existât une issue et que rien n’était perdu.

C’est au nom de cet espoir que continue l’aventure de Châteauroux demain, en portant une même dynamique axée sur le collectif. En effet, jusqu’au bout du scrutin, les valeurs démocratiques ont été mises en œuvre, et nous n’avons jamais cédé aux sirènes de l’incarnation dont on nous rebattait les oreilles. C’est donc un collectif, composé d’individualités diverses, complémentaires, interagissantes (moins un chœur unanime qu’une assemblée remuante traversée par des débats internes) qui se propose de poursuivre l’action en travaillant sur plusieurs axes.