SEVESO : et Châteauroux ?

La catastrophe industrielle qui est survenue à l’usine Lubrizol de Rouen est sans doute la plus grave depuis celle d’AZF à Toulouse en 2001. Ces deux sites étaient classés « SEVESO seuil haut ». C’est à la suite de la catastrophe survenue en 1976 sur la commune de SEVESO en Italie (rejet de Dioxine) qu’a été adoptée la directive SEVESO demandant aux États et aux entreprises d’identifier les risques associés à certaines activités industrielles dangereuses et de prendre les mesures nécessaires pour y faire face.

La directive distingue deux types d’établissements, selon la quantité totale de matières dangereuses sur site : les établissements « SEVESO seuil haut » et les établissements « SEVESO seuil bas ».

Dans l’agglo. de Châteauroux il existe un établissement de chaque type : Le premier, classé « seuil haut » est sur Saint-Maur : les silos d’AXEREAL stockent en particulier des engrais solides ou à base de nitrates d’ammonium, des produits présents lors de l’explosion de l’usine AZF de Toulouse. Les risques les plus graves pèsent essentiellement sur la centrale de Saint-Maur et les habitations à proximité.

Il y a aussi un site SEVESO sur Châteauroux, mais classé lui « seuil bas » : CECA, boulevard d’Anvaux, une unité de production du groupe ARKEMA, est spécialisée dans la fabrication de « tensio-actifs non ioniques, anioniques et cationiques ».

Les scénarios d’accident majeur prévoient la possibilité d’une pollution des nappes phréatiques ou le dégagement de produits toxiques dans l’air suite, par exemple, à une explosion. A noter une relative proximité du site (entre 500 et 1000m ?) avec les structures de La Pingaudière (jardin d’enfants, école maternelle, accueil loisirs), considérées comme non menacées même en cas d’accident extrême.

La directive Seveso 3 (2015) renforce « les dispositions relatives à l’accès du public aux informations en matière de sécurité » . « Les citoyens doivent pouvoir avoir un accès direct, via Internet, aux informations relatives aux installations Seveso situées à proximité de leur domicile, aux programmes de prévention des accidents et aux mesures d’urgence pour mieux réagir en cas de nécessité ». Pour l’instant nous n’avons pas trouvé de site internet officiel permettant d’avoir facilement de telles informations. Les seules informations institutionnelles qu’on a trouvé sur Internet sont les suivantes :

Ainsi les citoyens sont loin d’avoir un « accès direct » facilement consultable, aux informations relatives aux installations d’AXEREAL et CECA-ARKEMA, pas plus qu’aux « programmes de prévention des accidents » et encore moins aux « mesures d’urgence pour mieux réagir en cas de nécessité ».*

Châteauroux DEMAIN demande au Préfet et au Maire de Châteauroux, président de l’Agglomération, que ces informations puissent être mises sans tarder à la disposition du public.

Fermer le menu