Economie et social - Nos propositions

  • Engager La CAC dans la création d’un Comité Economique Social et Environnemental Local (CESEL) regroupant  représentant.e.s d’entreprises, organisations de salarié.e.s, élu.e.s locaux, associations engagées dans la transition, représentant.e.s de l’Etat pour 
  • Anticiper les évolutions économiques et réfléchir aux projets innovants avec une exigence sociale et environnementale systématique
  • Accompagner les filières de production existantes dans leur adaptation vers la transition écologique
  • Identifier les besoins locaux et les possibilités concrètes offertes par notre territoire en matière d’énergies renouvelables et d’économies d’énergie
  • Réorienter la destination des 400 ha propriété de la CAC sur la zone d’Ozans afin qu’elle réponde aux objectifs de notre projet.
  • Redonner une vocation agricole au moins aux 200 ha non aménagés avec en particulier le développement d’une ZAD (Zone d’ Alimentation Durable : maraîchage bio, transformation, production notamment pour la restauration collective municipale).
  • Les terres destinées à la restauration collective municipale pourront être exploitées en régie ou louées à des agriculteurs et agricultrices dans le cadre de baux ruraux environnementaux avec une clause « agriculture bio », en visant plus spécialement l’installation.
  • Sur la zone déjà aménagée, engager l’Agglomération Castelroussine  avec les acteurs locaux dans la mise en place d’un « cluster » (regroupement  d’entreprises du même secteur) dédié au recyclage, à la réutilisation, à la transformation-amélioration des déchets que nous produisons.

 La CAC créera un Comité Economique Social et Environnemental Local (CESEL) regroupant  représentant.e.s d’entreprises, organisations de salarié.e.s, élu.e.s locaux, associations engagées dans la transition, représentant.e.s de l’Etat pour :

  • Anticiper les évolutions économiques et réfléchir aux projets innovants avec une exigence sociale et environnementale systématique.
  • Accompagner les filières de production existantes dans leur adaptation vers la transition écologique.
  • Identifier les besoins locaux et les possibilités concrètes offertes par notre territoire en matière d’énergies. renouvelables et d’économies d’énergie.

Travailler et entreprendre autrement grâce au numérique ne doit pas se résumer à la création d’espaces de co-working ou de fab-lab. Nous favoriserons les tiers-lieux permettant l’innovation sociale et des organisations de travail plus humaines, ouverts à tous les publics.

Maintenir et rénover la maison des syndicats, en concertation avec les organisations syndicales, en cessant de dilapider l’argent public en frais de justice.

Ce secteur, source d’emplois locaux et engagé dans la transition écologique, s’attache à fonctionner de façon démocratique.   

 Pour le développer, nous proposons de :

  • définir un plan d’actions cohérent avec les acteurs du territoire et les habitants,
  • soutenir les projets de recyclerie, ressourcerie et la création d’emplois d’insertion.
  • Impulser une dynamique « zéro chômeurs de longue durée » à l’échelle de la ville ou de quartiers
  • promouvoir la formation de l’IUT pour la création et la gestion de ces structures,
  • s’engager dans la création de tiers-lieux ouverts pour développer l’économie collaborative,
  • réfléchir aux conditions d’utilisation d’une monnaie locale citoyenne pour favoriser le développement local et les circuits courts.

Une Ville actrice économique vertueuse.

  • Privilégier la gestion et la réalisation des missions de services publics en régie.
  • Contrôler et encadrer strictement tous les marchés publics par des critères sociaux et environnementaux élevés : qualité du travail et d’exemplarité de gestion des personnels, insertion des jeunes, respect avéré de la sécurité et qualité des conditions de travail.

Une présence des services publics renforcée : fin des externalisations des services de la collectivité.

  • Réexaminer tous les contrats pluriannuels passés, comme par exemple le « Contrat de Performance Energétique » signé en 2017 pour 8 ans,
  • S’opposer systématiquement à tout nouveau « Partenariat Public Privé »-
  • Renforcer l’emploi statutaire déprécarisé au sein de la collectivité afin d’améliorer le service public municipal à la population.
  • Soutenir ou initier les mobilisations nécessaires contre les suppressions de tous services publics et en assurer les promotion et développement.

Stopper la dérive vers le « tout numérique » pour les démarches administratives en mairie pour offrir l’accessibilité des services à tou.te.s les habitant.e.s et les accompagner humainement.

  • Au sein de la CAC, refuser le financement public des vols passagers, en particulier les vols low-cost.
  • Malgré le faible poids de la CAC dans la gestion de la zone aéroportuaire, soutenir les activités aéronautiques de maintenance, de peinture, de déconstruction et d’entraînement des pompiers.
  • Développer le fret humanitaire plutôt que d’encourager le fret « sensible » (armement),  .

Avec sa qualité de vie, son environnement privilégié et la richesse de sa programmation culturelle, Châteauroux possède des atouts à mettre en valeur.                                         

Construire l’image de la ville autour de projets complétant l’offre actuelle :

  • valoriser le tourisme vert d’une ville porte de la Brenne et de la Vallée Noire,  riche de sa coulée verte et de la forêt proche.
  • Animer le patrimoine par des manifestations culturelles de spectacle vivant
  • Développer l’offre d’hébergement collectif pour l’accueil de groupes et de jeunes.
Economie et Social 1
Fermer le menu